Amadou Ouattara, Maire de la Commune V : La proie et l’ombre

Les prochaines élections communales se joueront probablement sur la personnalité du candidat, la force d’attractivité de son projet. Dans ce registre, Ouattara qui n’a pas encore déclaré qu’il serait candidat devra bien partir, toutes proportions gardées, en situation de grand favori face à «d’illustres inconnus» qui n’auront ni le temps ni les moyens de pouvoir crédibiliser leurs propres candidatures. Les populations sont-elles vraiment prêtes à jeter leur proie pour l’ombre ?

Avec un bilan jugé globalement positif par ses dizaines de partisans le maire Ouattara qui bénéficie d’un énorme capital de sympathie auprès des chefferies traditionnelles, les membres de la société civile, l’Imamat, les comités de développement des quartiers (CDQ) peut garder la tête froide en attendant les futures échéances électorales. Tous s’accordent à saluer son sens de responsabilité et surtout son souci permanent de gérer rationnellement les maigres ressources de la commune. Mais la philosophie de l’édile, à savoir que la commune doit compter d’abord sur ses propres ressources, est cependant loin de faire l’unanimité dans une circonscription où le taux de recouvrement des taxes a toujours été au plus bas durant son mandat. La preuve : au cours de son mandat, la mairie a réalisé un investissement total estimé à 13 milliards de FCFA, financé par les partenaires extérieurs pour la réalisation de plusieurs ouvrages et activités destinés au bien-être des populations de la commune. Au cours de la même période, la mairie n’a pu faire de réalisations sur fonds propres que pour un montant 5 milliards de FCFA, soit 350 millions par an.

Recouvrement biométrique des taxes des marchés

Le maire n’est sans doute pas un «néophyte» dans la gestion des affaires de ce centre communal, pour avoir été 3e adjoint au maire chargé des questions de voirie et d’assainissement lors de son précédent mandat. C’est pourquoi dans son programme de campagne, le recouvrement des taxes venait en première position dans la hiérarchie des priorités qu’il avait lui-même élaborées, à travers son premier projet-phare de recouvrement biométrique des taxes des marchés. Ce qui aurait eu à ses yeux et par expérience l’avantage inestimable de mettre fin aux récurrentes tensions de trésorerie de la commune. A cela s’ajoute le paiement des autres taxes, comme les TDRL par les populations des différents quartiers.  Le maire a, en outre, mis en place plusieurs stratégies de communication et de sensibilisation, mais tous les messages sont quasiment restés lettres mortes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Le Maire Amadou Ouattara face à la presse : « Je ferais de la commune V du district de Bamako, la cité la plus enviée de notre capitale »