PDESC 2016-2020

 

Participation de la commune dans le financement des activités de 2016

Participation de la commune dans le financement des activités de 2016

            

En 2016, la commune participation dans le financement des activités de six (6) domaines. La répartition de sa participation est mentionnée dans le tableau suivant.

Participation de la commune dans le financement du PDESC pour l’année 2016

Domaine Montant total en F CFA Participation de la commune en F CFA
Santé 183 000 000 92 000 000
Développement social, promotion de la femme et de la société civile 70 400 000 47 400 000
Sport 300 000 300 000
Sécurité 15 024 240 000 19 240 000
Assainissement 11 960 000 000 50 000 000
Finances communales 3 000 000 3 000 0000
Total 27 240 940 000 211 940 000

 

XIII FINANCEMENT DU PDESC

 

Le PDESC de la commune V pour la période de 2016- 2020 est le fruit d’une large concertation communautaire. Les services techniques de l’Etat, les services de la commune, la société civile, les organisations non gouvernementales nationales et internationales, les élus communaux et les personnes ressources ont pris part à ce grand chantier de planification quinquennale. Les activités priorisées par l’ensemble des acteurs ont été programmées pour une période de cinq ans. Le financement des activités sera assurée par la Mairie, l’Etat, les partenaires extérieures et autres (société civile, bénéficiaires)

La commune participera à hauteur de 12, 24% soit huit milliards sept cent cinq six millions deux quatre vingt neuf mille deux cent francs CFA ( 8 756 289 200 F CFA), l’Etat à hauteur de trente six milliards cinq cent quatre vingt quatorze millions douze mille francs cfa (36 594 012 000 F CFA) soit 51, 18%, les partenaires extérieurs participent pour 36, 44% soit vingt six milliards cinquante six millions cinq cent quatre vingt treize mille huit  cent francs CFA (26 056 593 800 F C FA soit 36,44%).

Répartition du budget entre les partenaires

SECTEUR MONTANT EN F CFA SOURCE DE FINANCEMENT EN F CFA
MAIRIE ETAT PARTENAIRES EXTERIEURS AUTRES
Santé 778 000 000
Développement social, promotion de la femme et société

civile

341 000 000
Jeunesse et sport 132 300 000 77 23
Sécurité 16 218 280 000
Protection civile 1 409 000 000
Accès eau potable 250 000 000 2 90 8
Energie 5 000 000 000 100
Urbanisme/habitat 95 000 000
transport 2 005 000 000 3 97
Assainissement 35 525 000 000
Education 803 300 000
Formation professionnelle et emploi 327 000 000 22 78
Economies et finances 11 012 000 000 10 30 60
Total 73 118 658 000

I.        CADRE INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE ET DE SUIVI-EVALUATION DU PDESC DE LA COMMUNE

L’exécution du PDESC est une activité constante qui requiert l’engagement de tous les acteurs du développement intervenant dans la Commune. Le PDESC est un document de planification efficace qui porte sur le moyen terme et doit permettre de contribuer au développement harmonieux de tous les quartiers de la Commune.

Au Mali, la plupart des Collectivités Territoriales ne mettent pas en place un dispositif institutionnel pour le suivi de la mise en œuvre du PDESC et son évaluation. Il est impérieux de définir un mécanisme opérationnel de suivi et d’évaluation du PDESC pour s’assurer que les différentes actions prévues sont effectivement en train d’être mises en œuvre et que les objectifs retenus sont en voie d’être atteints. En revanche, des mesures correctives doivent être envisagées. Le mécanisme de suivi et d’évaluation exige de définir :

  • les organes ;
  • les acteurs ;
  • les méthodes et procédures ;
  • les outils ;
  • les mesures d’accompagnement

1.1    Les organes

 

Les organes ci-après seront retenus.

  1. le Conseil communal :il a le portage institutionnel et politique de la mise en œuvre du
  1. une cellule technique de suivi de la mise en œuvre du PDESC

Il sera créé auprès du Maire de la Commune, une cellule technique jouant le rôle d’un secrétariat permanent de suivi de la mise en œuvre du PDESC, cela afin de donner un caractère spécifique et durable au suivi. Cette structure légère sera présidée par le 1ier adjoint du Maire et comprendra :

  • 02 élus du Conseil communal;
  • le Secrétaire Général de la Mairie;
  • 02 responsables des services techniques de la Commune ;
  • 01 représentant du SLPSIAP ;
  • 01 représentant des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) de la
  1. le Comité Régional d’Orientation, de Coordination et de Suivi des Actions de Développement (CROCSAD)

Il constitue l’organe de pilotage stratégique du suivi du PDESC. Sa composition, ses missions et son fonctionnement sont prévus par le Décret N° 08-095/P-RM du 21 février 2008  portant création des  Comités Régionaux, Locaux et Communaux d’Orientation, de Coordination et de Suivi des Actions de Développement. A travers ses commissions thématiques, il travaille en étroite collaboration avec la Cellule Technique pour la collecte, le traitement et l’analyse des informations nécessaires à la production de rapports d’étape. Le CROCSAD propose des outils de collecte et d’analyse à la Collectivité Territoriale.

  • les Comités Communaux d’Orientation, de Coordination et de Suivi des Actions de Développement (CCOCSAD)

Ils sont les démembrements du CROCSAD au niveau du District de Bamako et sont présidés par le Gouverneur ou son représentant. Ils renseignent périodiquement les indicateurs et outils de suivi des

actions menées à l’échelle Cercle/Commune du District de Bamako et pour les remonter au niveau de la Collectivité Territoriale. Ils veilleront également à la cohérence entre les documents d’orientation et de planification existants à l’échelle nationale et régionale et les PDESC élaborés au niveau Cercle/ Commune du District de Bamako.

ORGANES MISSIONS COMPOSITION
Conseil Communal ·   portage institutionnel et politique ·   Président de la CT

·   Adjoint au Président de la CT ;

·   Conseillers communaux

Cellule technique de suivi de la mise en œuvre du PDESC ·   recherche de partenariat

·     consolidation des rapports sectoriels;

·    production de rapports périodiques ;

·   02  élus ;

·   SEGAL ;

·   02 CT Mairie

·   01 représentant DRPSIAP

·   01 représentant des PTF

CROCSAD ·    élaboration d’outils ;

·    production de rapports périodiques sectoriels ;

·    renseignement des

indicateurs et outils de suivi des actions menées ;

·         remontée des

informations au niveau de la Cellule ;

·         validation des rapports produits par la CT

Voir  Décret  N°  08-095/P-RM                                             du 21 février 2008
CCOCSAD ·    production de rapports périodiques sectoriels ;

·    renseignement des

indicateurs et outils de suivi des actions menées ;

·         remontée des

informations au niveau de la Cellule ;

Voir  Décret  N°  08-095/P-RM                                             du 21 février 2008

1.2    Les acteurs

  • l’Etat ;
  • le Conseil Communal ;
  • les Services techniques ;
  • la Société civile ;
  • les Partenaires Techniques et Financiers ;
  • les Populations
  • le Secteur Privé.
ACTEURS ROLES
Etat ·    contrôle de la légalité ;

·    mise en cohérence des documents de planification avec les politiques publiques ;

·    appui- conseil ;

·    facilitation de la mobilisation des ressources financières, matérielles et humaines ;

·    suivi de la mise en œuvre des compétences transférées ;

Conseil Communal ·         recherche de partenaires ;

·         financement des activités

·         exercice de la maîtrise d’ouvrage des investissements ;

·         favoriser l’inter collectivité ;

·         coordination des actions collectives de développement ;

·         appui au mécanisme de suivi –évaluation ;

·         mise en cohérence du développement de l’espace communal

·    renseignement des indicateurs et outils de suivi ;

·    remontée des informations au niveau CT;

·    mise en œuvre de la partition communale ;

Société civile ·         respect des orientations ;

·         appui financier/technique ;

·         appui –conseil ;

·         sensibilisation et mobilisation des populations ;

Partenaires Techniques                               et Financiers ·         mise à disposition de ressources financières et/ou humaines ;

·         appuis techniques ;

·         participation à la Cellule technique de suivi ;

Secteur Privé Contractualisation pour la réalisation d’investissements pour le développement territorial
Populations ·         adhésion populaire ;

·         respect des engagements

·         facilitations à tous les niveaux

1.3    Les Stratégies de mise en œuvre

  • La diffusion et la communication

Le document du PDESC mérite d’être connu à tous les niveaux et en toutes circonstances. Il doit également faire l’objet d’appropriation par tous les acteurs au développement aussi bien à l’intérieur de la Commune que par les partenaires installés ailleurs. Cela requiert avant sa mise en œuvre une campagne de promotion et de vulgarisation à grande échelle pour une meilleure appropriation par les acteurs concernés (État, collectivités territoriales, organismes de la société civile, communautés, partenaires au développement, organismes de financement, etc.). La diffusion et la communication constituent à cet effet des activités de toute importance qui doivent être conduites par le Conseil communal.

Les activités porteront sur :

  • la multiplication du document ;
  • la distribution du document à tous les acteurs aux différents niveaux ;
  • l’organisation d’ateliers d’appropriation ;
  • le positionnement dans les rayons des centres de documentation, les bibliothèques publiques, les salles de lecture publique, etc,
  • le positionnement sur les sites Web les plus en vue dans le pays;
  • la conception et la diffusion de CD du PDESC ;
  • la conception et la diffusion de magazines sur les médias nationaux, régionaux, locaux et les radios communautaires;
  • la conception et la diffusion d’articles dans la presse écrite ;
  • Le renforcement de la base de données du Conseil communal

Un système de suivi et d’évaluation performant n’est possible sans la mise en place d’un dispositif opérationnel de collecte, de traitement, d’analyse et de dissémination de statistiques fiables et à jour. Dans les bases de données existantes du Système d’Informations Géographiques (SIG). Il convient donc dans le cadre de la mise en œuvre du PDESC de :

  • renfoncer les capacités institutionnelles, matérielles et humaines de la Cellule SIG au niveau du District;
  • élaborer des outils de collecte d’informations plus performants ;
  • opérer régulièrement des collectes ;
  • créer dans la base un volet spécifique sur le PDESC de la
  • Le Financement

La mise en œuvre du PDESC sur une période de 05 ans mobilisera d’importants moyens financiers qui dépassent la seule capacité de la Commune. D’une manière générale, le PDESC sera financé à travers les moyens couramment mobilisés pour financer le développement économique et social. Il s’agit des ressources des collectivités locales, de l’apport de l’Etat, de la contribution des partenaires au développement, du privé et autres acteurs du développement. Tous ces acteurs joueront leurs rôles de manière à permettre le financement des activités.

  • L’Etat

En raison de ses fonctions régaliennes et sa puissance économique, la contribution de l’Etat sera sollicitée pour la mise en œuvre du PDESC notamment à travers l’ANICT, le Budget Spécial d’Investissement (BSI). En effet, le financement public des programmes sectoriels qui ont des répondants au niveau du PDESC de la Commune IV de Bamako constituera la participation nationale à la mise en œuvre du plan de développement quinquennal.

  • Les collectivités

Elles sont les premières actrices concernées et devront dans les limites de la légalité générer les fonds nécessaires pour le financement des activités, chacun en ce qui lui concerne sa partition territoriale. A cet effet, la commune doit développer des mécanismes pour améliorer ses recettes internes notamment le recouvrement des impôts et taxes et les services payants aux populations.

  • Les Partenaires Techniques et financiers (PTF)

Il est attendu des PTF aux plans bilatéral et multilatéral d’accompagner la mise en œuvre du PDESC à travers la coopération décentralisée. Plusieurs autres formes de financement des PTF devront permettre de disposer des ressources financières importantes.

  • La Société Civile et le Secteur Privé

Les composantes de la Société civile et du Secteur privé pourront contractualiser avec la Commune pour réaliser des investissements publics et des actions d’envergure communautaire ou communale.

  • Les instruments financiers pourront être :
  • le Budget National ;
  • le Budget Spécial d‘Investissement ;
  • les Budgets de CT (fonds propres)
  • l’Agence Nationale d’Investissement des Collectivités Territoriales (ANICT) ;
  • le Fonds Local d’Aménagement du Territoire (FLAT) ;
  • le Fonds Régional d’Aménagement du Territoire (FRAT) ;
  • le Fonds National d’Aménagement du Territoire (FNAT).
  • Les formes de suivi et d’évaluation
  • l’auto évaluation ou l’évaluation par soi-même est le processus par lequel le Conseil communal procède à l’appréciation / jugement des résultats atteints avec comme finalité de s’améliorer et d’améliorer la mise en œuvre des actions Elle peut se réaliser avec ou sans assistance d’acteurs extérieurs au milieu et se fonde sur la participation responsable des acteurs directs (élus communaux, chefs de quartiers, les responsables des services communaux, des services techniques déconcentrés de l’Etat, des organisations de la société civile, des organisations socioprofessionnelles à but lucratif et non lucratif, et des partenaires au développement. Les techniques et outils doivent être sélectionnés en adéquation avec le niveau des populations.
  • le suivi-évaluation interne concerne essentiellement la structure responsable du projet ou du programme de développement afin de pouvoir en assurer une gestion stratégique. Elle est considérée comme une fonction interne importante à intégrer dans le cadre organique de la structure de planification de la
  • le suivi-évaluation conjoint suppose une démarche d’évaluation impliquant plusieurs niveaux d’intervention sous la responsabilité et la coordination du niveau supérieur. Elle se fonde sur les résultats des niveaux d’auto évaluation et de suivi-évaluation interne et croise les différents résultats pour des synthèses
  • Principe général de fonctionnement des systèmes de suivi-évaluation : autant les trois niveaux institutionnels de planification locale sont intégrés et mis en cohérence, autant les dispositifs de suivi- évaluation, tout en étant relativement spécifiques et autonomes, doivent être en symbiose et en complémentarité.

En outre, l’élaboration des outils de suivi-évaluation, en tenant compte des objectifs, objets, niveaux et méthodes d’évaluation, relèvent des acteurs directs du programme de développement. Ils ne doivent pas être très nombreux et leur contenu doit être simple, adapté aux capacités locales.

Enfin pour objectiver tout système de suivi-évaluation il importe de définir au préalable une batterie d’indicateurs objectivement vérifiables et mesurables.

Ces indicateurs ne peuvent pas non plus être définis en dehors des populations et autres acteurs du développement. Toutefois, en matière de planification régionale et locale les indicateurs peuvent être élaborés autour des préoccupations majeures suivantes :

  • indicateurs liés à l’efficacité (atteinte des objectifs) à l’efficience (utilisation des moyens) impact des actions réalisées ;
  • indicateurs liés au degré d’implication des participants aux différentes phases de la démarche de planification locale ;
  • indicateurs liés au degré de responsabilisation et de respect du rôle de chaque partenaire engagé dans la démarche ;
  • indicateurs liés à l’intériorisation et à la mise en application correcte de la philosophie et des orientations stratégiques de la démarche.

Comme tout système de suivi-évaluation celui du PDESC se fera également à des moments privilégiés à savoir au démarrage de l’action, en cours d’exécution et à la fin.

Conclusion/ recommandations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III Annexe s

 

Listes de présence à l’atelier de planification

 

Noms et prénoms Fonction
1 Amadou Wattara 3ème adjoint/président comité de pilotage
2 Souleymane Fofana Policier, 11ème arrondissement
3 Moussa Sidibé Policier, 4ème arrondissement
4 AdjudentFama Sidibé Brigade territoriale Faladié
5 Inspecteur Mamadou Sidibé 15ème Arrondissement
6 TenimCoumba Sidibé Service urbanisme commune V
7 Paul Mohamed Bouaré Agent AGIDE Bamako
8 Gouro Landouré Responsable DRUH-DB Commune V
9 Mme GakouAssétou Keïta Agent urbanisme
10 Moussa Coulibaly Druh-District de Bamako
11 Ibrahima Wologuem SOMAGEP-SA
12 Moussa Bah CPECE
13 Cheick B Sissoko SOMAGEP-SA
14 SidikiKéléma Service d’hygiène
15 Bakary Kané Direction régionale de l’assainissement
16 Modibo Coulibaly DSUVA
17 Mme KoïtaHalimata D Maiga Présidente Société civile commune V
18 Modibo Bagayogo SLDSES
19 Touré KadiatouMagassouba SLPFEF
20 Mariétou M Kansaye Stagiaire AGIDE
21 Sory Ibrahima Doumbia Coordinateur CDQ commune V
22 Dr Mariam T Traoré Médecin Direction régionale Santé BKO
23 Dr Adama Dembélé Médecin CSREF commune V
24 Mamadou Sine Traoré 2ème adjoint Mairie CV
25 Boubacar Condé Elu municipal
26 Mamadou Camara Service de la jeunesse
27 Mme Dembélé Fatoumata CAFO
28 Modibo Traoré Elu municipal
29 Mme Diabaté Fatoumata Dimbana Elue municipale
30 Aba Touré Elu municipal
31 Alassane Maïga Directeur Adjoint CAP Kalabancoura
32 Modibo Diallo CAP Torokorobougou
33 Aly Nienta CAP Bacodjicoroni

34 Coumba Kanté Chef service financier Mairie CV
35 SidikiMagassouba Chef service développement communautaire
36 Mme Coulibaly MadinaDiamouténé SLPSIAP commune V
37 Amadou Dagnon BUPE Commune V
38 Ousmane Bah Secrétaire Général CV
39 GangalyTounkara Elu municipal
40 Bréhima THIERO Consultant AGIDE
41 Amadou DiadiéCissé Coordinateur élaborat PDESC AGIDE
42 Sourou Dembélé Mairie commune V
43 Seydou Mohamed Touré AGIDE
44 AbdramaneSamassékou AGIDE
45 Mamadou Traoré 4ème adjoint au Maire
46 Mme Camara Mariam Bagayoko Elue municipale
47 Magnan Coulibaly DRPFEF du district de Bamako
48 Oualamako Traoré Chef service SACPIV commune V
49 Iroud Ag Ahmed Iknan Directeur CAP Torokorobougou
50 Modibo Diakité Conseil national de la jeunesse CV

PLAN D’INVESTISSEMENT ANNUEL (PIA) 2016

PLAN D’INVESTISSEMENT ANNUEL (PIA) 2016

 

 

 

 

 

XI PLAN D’ACTION 2016
 

Contrainte

 

Activité

 

Localité

 

Coût estimatif

Année de réalisation  

Contribution financière

2016 commune Etat partenair es
Secteur Santé : Améliorer l’offre des services sociaux dans une cité où le bien-être à la hauteur
 

existence de deux CSCOMs en location bail (ASCODA et ASACOKALKO

 

 

Construction des infrastructures pour deux CSCOMs

 

 

 

Daoudabougou et Kalabancoura Koko

 

 

 

65 000 000

 

 

 

x

 

 

100% (ANICT

)

 

 

 

 

faible adhésion communautaire aux ASACO

Micro-planification annuelle au niveau des aires de santé avec tous les acteurs  

 

 

commune V

 

 

25 000 000

 

 

x

 

 

mairie

tenue semestrielle du conseil de gestion des services socio- sanitaires de la

commune

 

 

 

commune V

 

 

2 000 000

 

 

x

 

 

Mairie CV

 

 

CSREF

mise en œuvre non effective de la convention

d’assistance mutuelle (CAM)

mise en œuvre effective de la CAM par les différentes parties  

 

commune V

 

 

15 000 000

 

 

x

 

 

Mairie CV

 

 

Comités paritaires non fonctionnels

Dynamisation de 18 comités paritaires et mise en place de trois comités paritaires  

 

 

commune V

 

 

10 000 000

 

 

x

 

 

mairie CV100%

 

 

mauvaise gestion des organes de gestion des ASACO

supervision trimestrielle des activités de gestion et de    fonctionnement de 18 organes des ASACO  

 

 

 

commune V

 

 

 

12 000 000

 

 

 

x

 

 

 

mairie 50%

 

 

 

CSREF 50%

mauvaise gestion des déchets bio

médicaux (DBM) dans les ASACO

Formation de 170 agents de santé en

gestion des déchets biomédicaux

 

 

Commune V

 

6 000 000

 

x

 

ABS

Suivi semestriel de 170 agents de

santé en gestion des DBM

 

 

commune V

 

1 600 000

 

x

 

ABS

dotation semestrielle de 18

CSCOMs en 54 poubelles

 

 

commune V

 

5 000 000

 

x

 

mairie/ ASACO

dotation annuelle de 18 CSCOMs en 18

tricyles

 

commune V

 

10 000 000

 

x

 

Mairie

 

A

Dotation en incinérateur électrique  

CSREF

 

13 000 000

 

x

MairieCSC OMs (50%) CSREF (50%)
 

 

Non-paiement des quotes-parts du système de références/évacu ation par la Mairie et les ASCO

Prise en charge des frais de référence d’évacuation des femmes en difficulté de travail  

 

 

commune V

 

 

3 000 000

 

 

X

 

 

Mairie

 

 

CSREF

Suivi trimestriel des activités de la référence/évaluatio n  

 

Commune V

 

8 000 000

 

x

 

Mairie (50%)

 

CSREF (50%)

 

Inexistence d’un plan communal de prévention et de gestion des épidémies et catastrophes

 

Mise en place d’un plan communal de prévention des épidémies et catastrophes

 

 

 

 

commune V

 

 

 

8 000 000

 

 

 

x

 

 

 

Mairie

 

TOTAL SECTEUR SANTE

183 000 000

Développement social, promotion de la femme et de la société civile: Objectif : Améliorer l’offre des services sociaux dans une cité où le bien être est à la hauteur de l’offre
 

 

 

 

 

Faible mobilisation sociale dans la mise en œuvre des interventions (développement social, sante, promotion de la femme)

 

Création un cadre formel entre la mairie et le groupement des radios communautaires de la commune V

 

 

 

 

 

 

Commune V

 

 

 

 

3 200 000

 

 

 

 

x

 

 

 

 

Mairie

 

Elaboration annuel du plan intégré de communication de la commune V

 

 

 

Commune V

 

 

6 000 000

 

 

x

 

 

Mairie V

 

 

ABS

Suivi annuel de 179 Sociétés coopératives  

Commune V

 

2 000 000

 

x

 

ABS

 

Absence de fonds pour la PEC des enquêtes sociales

 

Mise en œuvre de la PEC annuelle de 2400 enquêtes sociales

 

 

Commune V

 

 

1 200 000

 

 

x

 

 

Mairie C V

 

Organisation par an de 10 missions de suivi des structures intervenant dans le domaine de l’excision

 

 

 

Commune V

 

 

 

1 600 000

 

 

 

x

 

 

 

ABS

 

 

 

enda Mali

 

Organisation annuellement de 10 sessions d’information et de sensibilisation pour 400 élèves des écoles fondamentales sur les méfaits de l’excision

 

 

 

 

 

Commune V

 

 

 

 

 

1 200 000

 

 

 

 

 

x

 

 

 

 

 

ABS

 

 

 

 

Enda Mali

Organisation par an de 10 cadres de concertations sur les pratiques néfastes sur la santé des femmes et des filles  

 

 

Commune V

 

 

 

1 200 000

 

 

 

x

 

 

 

ABS

 

 

 

Enda Mali

Mise en œuvre de la PEC annuelle de 10 enfants abandonnés et retrouvés  

 

Commune V

 

 

3 000 000

 

 

x

 

 

Mairie CV

 

 

 

 

 

 

 

Absence de comité de veille et d’alerte citoyenne

 

Mise en place 8 comités de veille et d’alerte citoyenne

 

Commune V

 

6 000 000

 

x

 

Mairie (60%)

 

Société civile (40%)

 

Formation des membres des bureaux de la société civile et des comités de veille et d’alerte citoyenne sur la mobilisation, la sensibilisation, la communication, la concertation et le dialogue social

 

 

 

 

 

 

Commune V

 

 

 

 

 

 

10 000 000

 

 

 

 

 

 

x

 

 

 

 

 

 

Mairie

 

 

Insuffisance de collaboration avec le conseil communal

 

Mise en place un cadre de collaboration étroite entre la société civile et le conseil communal

 

 

 

Commune V

 

 

 

0

 

 

 

x

 

 

 

Mairie CV

 

 

 

 

 

Non existence d’un fonds d’urgence dans la commune

 

Création par an d’un fonds d’urgence pour la prise en compte des préoccupations des populations à la base en matière de santé, de paix, l’éducation, de sécurité, d’assainissement et de sécurité alimentaire.

 

 

 

 

 

 

 

Commune V

 

 

 

 

 

 

 

20 000 000

 

 

 

 

 

 

 

x

 

 

 

 

 

 

 

Mairie CV

 

 

Insuffisance dans la sensibilisation des femmes sur leurs problèmes de santé

Sensibilisation 500 femmes par an et par quartier sur les intérêts du dépistage précoce et volontaire du cancer du sein et du col de l’utérus  

 

 

 

Commune V

 

 

 

 

8 000 000

 

 

 

 

x

 

 

 

 

Mairie CV

 

 

 

 

ABS

 

 

Non existence de cadres de concertation des organisations de la société civile

 

 

Création d’ un cadre de concertation entre les organisations de la société civile

 

 

 

 

Commune V

 

 

 

 

3 000 000

 

 

 

 

x

 

 

 

 

Mairie CV

Non évaluation annuelle du Plan de Développement Sanitaire de Cercle (PDSC) 2013-2017 tiré du PDSEC  

 

 

Evaluation annuelle du PDSC de la Commune

 

 

 

 

Commune V

 

 

 

 

4 000 000

 

 

 

 

x

 

 

 

 

ABS

TOTAL Secteurs Développement social, promotion de la femme et de la société civile  

70 400 000

 

 

 

Secteur jeunesse et sport, Objectif: Assurer le rayonnement culturel et sportif de la commune
 

Objectif/

 

 

Actions

 

 

Localisation

 

 

Coûts

Contributio n      financière
problème 2016 Commune Etat Partenair es
 

 

 

 

Occupation illicite de la maison des jeunes de daoudabougou et KalabanCoura (garantiguibougou)

 

 

 

 

Libération de la maison des jeunes de daoudabougou et le site de KalabanCoura( Garantiguibougou)

 

 

 

Daoubougou et KalabanCoura (Garantiguibo ugou)

 

 

 

 

 

300000

 

 

 

 

 

x

 

 

 

 

 

Mairie

Total secteur sport et jeunesse 300 000
Sécurité : Renforcer la sécurité des personnes et des biens
Entretien des véhicules des 19 véhicules/an  

Commune

 

5 700 000

 

x

 

Mairie

Entretien de 19 motos/an  

Commune

 

2 280 000

 

x

 

Mairie

Dotation en carburant de 19 motos  

10 260 000

 

x

 

Mairie

Mise en place d’un cadre de concertation des forces de sécurité avec la société civile  

 

 

Commune

 

 

 

1 000 000

 

 

 

x

 

 

 

Mairie

Faible sécurité des personnes et des biens Pose de ralentisseurs normés  

Commune

 

5 000000

 

x

 

partenaire

Installation de feux tricolores sur les principaux carrefours  

Commune

 

PM

 

x

 

Etat

Eclairage des principales artères Commune 15 000 000 000 x Etat/ED M-SA
Total secteur Sécurité 15 024 240 000
Secteur : Eau potable, Objectif : Faciliter l’accès à l’eau potable et à l’énergie à 80% de la population communale
–        Soutien aux bénéficiaires pour des branchements privés promotionnels (projet Kabala)  

 

Tous les quartiers

 

 

 

150 000 000

 

 

 

x

 

 

SOMA GEP/S A

Total secteur eau potable 150 000 000
Développer une cité de sécurité et de confort dans la mobilité par l’amélioration du trafic routier entre les quartiers
Assainissement: Cité débarrassée de toutes les pollutions et nuisances par l’aménagement des 100 rues

dégradées

 

 

Pavage, caniveaux et éclairage des 100 rues

 

 

 

10 000 000 000

 

 

 

x

 

 

 

Mairie (1%)

 

AFD, SADEV-

autres partenair es

 

ouvrages d’assainissement collectifs et semi collectif (mini égouts)

Badalaboug ou,Torokoro bougou, Daoudaboug ou et Bacodjicoron

i

 

 

700 000 000

 

 

x

 

 

 

codévelopp ement

 

500 ouvrages d’assainissement autonomes puisards et accessoires

Kalaban coura, Sabalibougo u, Bacodjicoron

i (Sokoura plateau)

 

 

1 250 000 000

aménagement des ouvrages anti érosifs  

Sabalibougou et Daoudabougou

 

10 000 000

 

x

 

codévelopp ement

Total secteur assainissement 11 960 000 000
Education: Développer une école performante où l’éducation et la formation sont au cœur des préoccupations
 

Situation irrégulière des écoles et des médersas

 

 

Régularisation ou fermeture

 

 

commune

 

 

PM

 

 

Mairie

 

CAP-

Acadé mie

 

 

Absence de titre de propriété pour certaines écoles publiques

 

 

 

Acquisition de titre de propriété

 

 

 

Commune

 

 

 

PM

 

 

 

Mairie

 

Absence d’écoles publiques a Djicoroni ACI

 

Création d’une école publique

 

Djicoroni ACI

 

PM

 

Mairie

Absence de boites de pharmacies dans les directions des écoles publiques  

dotation de 123 écoles en boite de pharmacie

 

 

Commune

 

 

12 300 000

 

 

x

 

 

Etat

 

 

Mauvaise gestion des CGS

Applications des textes, la signature des conventions entre la Mairie et les CGS  

 

Commune

 

 

PM

 

 

x

 

 

Mairie

 

CAP-

Acadé mie

Total secteur éducation 12 300 000
Emploi formation, Objectif: Créer plus d’emplois par la formation professionnelle
Total formation professionnelle

Economie finances: Améliorer la croissance économique à travers une cité prospère
 

 

Faible mobilisation des ressources financières

Sensibilisation des contribuables 1 000 000 x Mairie
Formation et équipement du personnel du service de recouvrement  

 

Mairie

 

 

2 000 000

 

 

x

 

 

Mairie

Total Economies Finances 3 000 000
TOTAL GENERAL 27 403 240 000

 

 

 

 

 

 

Il est prévu d’investir vingt sept milliards quatre cent trois millions deux cent quarante milles francs cfa (27 403 240 000 F CFA) représentant 37,47% du budget total. Les secteurs assainissement et sécurité et protection des personnes occupent 98, 47% du coût total. L’électrification des artères principales de la commune par l’EDM/SA et l’Eta représentent 54, 47% du coût des activités du PDESC prévue cette année, 2016 tandis que l’assainissement atteint 43,64% du budget 2016. La commune a ciblé l’Agence française de développement, la Sadev, le Codéveloppement pour mobiliser les fonds des projets d’assainissement. La mise en œuvre des ouvrages d’assainissement est en cours de réalisation.

La Mairie assurant la maîtrise d’ouvrage mobilisera sur fonds propres une somme de 208 940 000 f cfa pour participer à la mise en œuvre des activités de 2016. La part de la commune augmentera plus avec la mobilisation des droits de tirage de l’ANICT

Méthodologie

I   Méthodologie

L’équipe du Consultant après avoir reçu son mandat d’accompagnement en élaboration de PDESC, a rencontré et convenu avec les autorités de la commune V d’un plan de travail assorti d’un chronogramme et de responsabilités incombant à chacune des parties pour la réussite de la mission.

Mission de la Mairie :

  • La mise à disposition des textes indispensables pour l’élaboration du PDESC (délibération sur l’engagement de la Mairie à élaborer le PDESC 2016-2020, la mise en place du comité de pilotage de l’élaboration du PDESC)
  • L’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de communication pendant tout le processus ;
  • La mise à disposition des services techniques pendant le processus
  • La mise à disposition d’une salle de conférence pour les ateliers
  • La mobilisation des communautés lors des différents enquêtes et rencontres

Mission du groupement AGIDE/ACA

L’élaboration de l’outil méthodologie du processus

L’accompagnement dans le processus d’élaboration et de mise en œuvre du plan de communication L’organisation des rencontres périodiques avec le comité de pilotage sur le niveau d’exécution

La réalisation de diagnostics dans les quartiers, les services techniques de l’Etat et de la mairie ; L’animation des différents ateliers dans le cadre du processus.

Au terme du processus, les documents précédents le PDESC et celui présent du PDESC ont été produits.

Grâce à ce cadre de travail, convenu, le document du PDESC a été élaboré avec l’appui de tous les acteurs de la commune. Les documents ainsi produits sont :

  • le plan de communication ;
  • le bilan du PDESC précédent 2010-2014 ;
  • l’établissement de la situation de référence de la commune
  • la définition de la vision, des orientations et les objectifs
  • la planification des activités dans le temps et dans l’espace.

II   Brève Présentation de la commune

La commune V est créée par l’ordonnance n°78-34/CMLNdu18 août 1978 ; elle couvre une superficie de 41km2 et comprend huit (8) quartiers administratifs dont quatre (4) sont lotis et viabilisés (Quartier Mali, Badalabougou, Torokorobougou, et Sema 1) trois (3) lotis mais non viabilisés (Daoudabougou, Sabalibougou, KalabanCoura) et un (1) partiellement loti et viabilisé (Baco-Djicoroni). Il existe un centre principal d’état civil et cinq (05) centres secondaires d’état civil.

Elle est limitée :

A l’est par le cours du marigot Sogoniko, du lit du fleuve Niger jusqu’au pont des Martyrs de longitude 7° 8’ 50’’ Ouest et de latitude 19° 33’ 23’’ Nord.

De ce pont une ligne droite d’orientation Sud- Ouest passant à 150m à l’Ouest des installations de l’aéroport de Sénou et aboutissant à l’extrême Sud du District.

Au Nord et au Nord – Ouest par la portion du fleuve Niger comprise entre la limite Est et la limite Sud du District où lui laisse les Ils n°8,9, 10, 11, 12, 14, 17, 18, et 19

Au Sud – Ouest par la portion de la limite Sud du District comprise entre le fleuve NIGER et la limite Est de la commune II.

3.1 Climat

La Commune V comme tout le District de Bamako, est caractérisée par une saison sèche allant de novembre à Avril et une saison pluvieuse (l’hivernage) de mai à octobre avec la plus forte pluviométrie en août.

La pluviométrie annuelle varie de 722mm à 1500mm avec une moyenne annuelle de 1100mm.

La température moyenne annuelle est de 27.7°c avec des moyennes extrêmes de 34.7°c et 21°c ; soit une amplitude thermique de ….°C.

Au niveau des voies de communication et du transport, la commune V est traversée par la voie expresse, l’avenue OUA, la voie reliant l’échangeur du Quartier Mali à Kalaban – Coro, et d’autres voies goudronnées. La circulation est dense et pour peu moins sécuritaire, notamment au niveau des transports collectifs.

Les vents dans le District de Bamako sont généralement de la direction Sud- Ouest. Il existe deux types de vents :

  • l’harmattan : vent chaud et sec soufflant pendant les mois de mars et avril et est orientée du orientée nord- est au sud ouest;
  • la mousson : vent souffle pendant la période hivernale et est orienté du Sud – Ouest au Nord –
  • Caractéristiques de la population

 

Selon le recensement général de la population et de l’habitat de 2009,la commune V comptait 414 668 habitants dont 206 593 femmes soit 49,82%. A la même période, ce recensement a permis d’dentifié 69 758 ménages et 39 225 concessions.

Tableau de répartition de la population, ménages et concession.

Nom du quartier Situation de la population en 2009 Nombre de

ménages

Nombre de

concessions

Nombre Nombre de Population

d’hommes femmes totale
Bacodjicoroni 31382 30625 62008 10930 6902
Badalabougou 12822 12844 25666 4405 1857
Foulabougou

Daoudabougou

 

45215

 

45730

 

90945

 

15826

 

7732

Garantiguibou 2010 1983 3993 711 414
Kalabancoura 37140 37278 74418 12135 7019
Quartier Mali 8658 8885 17543 2690 1188
Quartier sema 2775 2973 5748 895 578
Sabalibougou 50234 47880 98114 16192 10597
Sema II 2236 2217 4452 842 787
Torokorobougou 15487 16176 31663 5107 2145
Population flottante 116 2 118 27 7
Total Commune V 208075 206593 414668 69758 39225

RGPH-2009

 

  • Situation de la population en 2014

 

En 2014 selon la DRSIAP, la commune comptait 593 297 habitants dont 296 815 hommes et 296 482 femmes.

Nom du quartier Estimation de la population résidente en 2014
Nombre d’hommes Nombre de femmes Population totale
BACODJICORONI 59 793 59 815 119 608
BADALABOUGOU 14 730 15 410 30 140
BADALABOUGOU SEMA I 395 458 853
BADALABOUGOU SEMA II 1 476 1 515 2 990
DAOUDABOUGOU 56 643 55 876 112 519
KALABAN COURA 91 813 93 547 185 360
QUARTIER MALI 6 567 6 457 13 024
SABALIBOUGOU 52 373 50 138 102 511
TOROKOROBOUGOU 13 027 13 265 26 292
Total Commune V 296 815 296 482 593 297

Source DRSIAP, février 2016

  • Projection de la population en 2017

 

Selon les estimations de la DRSIAP, en 2016 la commune compte 685 629 dont 342 622 femmes soit 49,97% donc 50%. Selon les mêmes estimations de la DRSIAP, la commune comptera en 2017, 737 051 habitants dont 368 732

hommes et 368 318 femmes.

Nom du quartier Estimation de la population résidente en 2016 Estimation de la population résidente en 2017
Nombre

d’hommes

Nombre de

femmes

Population

totale

Nombre

d’hommes

Nombre de

femmes

Population

totale

BACODJICORONI 69 098 69 124 138 222 74 280 74 309 148 589
BADALABOUGOU 17 022 17 808 34 830 18 298 19 144 37 442
BADALABOUGOU SEMA I 456 529 985 490 569 1 059
BADALABOUGOU SEMA II 1 706 1 750 3 456 1 833 1 882 3 715
DAOUDABOUGOU 65 458 64 572 130 030 70 367 69 415 139 782
KALABAN COURA 106 101 108 105 214 206 114 059 116 213 230 272
QUARTIER MALI 7 588 7 462 15 051 8 158 8 022 16 180
SABALIBOUGOU 60 524 57 941 118 464 65 063 62 286 127 349
TOROKOROBOUGOU 15 054 15 330 30 384 16 183 16 479 32 663
Total Commune V 343 007 342 622 685 629 368 732 368 318 737 051

Source DRSIAP du district de Bamako, février 2016

  • Evolution de la population

 

Le tableau suivant donne l’évolution de la population de la commune selon le sexe de 2017 à 2021 selon les estimations de la Direction régionale de la statistique, de l’informatique, de l’aménagement et de la population.

TABLEAU EVOLUTIF DE LA POPULATION DE 2017 A 2021

 

Année Nombre d’hommes Nombre de femme Population total
2017 368 732 368 318 737 051
2018 396 387 395 942 792 330
2019 426 116 425 638 851 754
2020 458 075 457 561 915 636
2021 492 431 491 878 984 309

 

Source DRSIAP du district de Bamako, février 2016

 

 

 

  • Les organisations :

Trois (3) types d’organisation ont été identifiés :

  • Les associations apolitiques,
  • les associations politiques ou artisanales,
  • les entreprises
  • Les associations apolitiques GIE/ONG

 

Le diagnostic réalisé a permis de répertorier soixante dix huit (78) organisations souvent érigées en organisations on gouvernementales qui interviennent dans les domaines du développement rural, la santé, l’éducation, l’assainissement, la protection de l’environnement, la protection de

la femme, de l’enfant et la gouvernance locale, la culture, le sport, les activités génératrices de revenu, la gouvernance locale. Ces différentes organisations ont pu créer des emplois pour la

population juvénile et améliorer leurs services de proximité rendu à la population. Ces organisations occupent

une place importante dan la répartition des richesses, la création d’emplois et la formation professionnelle des jeunes. Le tableau-ci-dessous fait ressortir leurs domaines d’intervention et les zones couvertes.

Tableau des associations apolitiques

 

Sigle Noms Domaines

d’intervention

Zones d’intervention/lieu
1 APDR Association pour le progrès et le Développement Elevage, Agriculture, environnement, Santé, Sport et Culture Kaaban-coura
2 LP Organisation de lutte contre la pollution Protection de l’environnement Daoudabougou
3 UDJ Union pour le développement de la jeunesse des

quartiers de la commune V

Gouvernance locale Tous les 8 quartiers de la commune V
4 AJP Association des

jeunes pour le progrès

Education et Sport Daoudabougou
5 APET Association pour la promotion de l’éducation pour tous Education BacoDjicoroni ACI
6 AMEED Association malienne pour l’éducation, l’environnement et le développement Education et environnement Kalaban-coura
7 Association Mme Djénéba MARIKO Agriculture BacoDjicoroni ACI Sud
8 ARS Association espoir

de Sabalibougou

Développement Sabalibougou
9 AJRE Association des jeunes ressortissants de Gonalala Développement de la jeunesse Torokorobougou
10 Association sportive benkadi Sport Sabalibougou
11 Association des commerçants détaillants du

marché

Commerce Sabalibougou
12 Association des jeunes de lutte contre le palu Santé Daoudabougou
13 Association des jeunes en faveur du développement communautaire

« espoir.Com » »

Santé Badalabougu Sema
14 Association Siguidadèmè Développement Socio-économique et culturel du quartier Daoudabougou

15 AJAS Association des jeunes pour

l’assainissement

Hygiène et assainissement Sabalibougou
16 Association pour la promotion des actions de développement Genre et développement Kalaban-coura
17 AJSDA Association des jeunes de Sabalibougou pour le développement et

l’assainissement

Développement et assainissement Sabalibougou
18 Association pour l’assainissement et la lutter contre les

insectes nuisibles

Hygiène – assainissement Les 8 quartiers de la commune V
19 UJDERE Union des jeunes pour le développement de kalaban Est et

environ

Hygiène et assainissement Kalaban-coura sud extension
20 AFTNI Association des femmes talibés Noured-dine islam Culture Garantiguibougou
21 SOFACI Association         «

solidarité                       des femmes de Djicoroni ACI

Gouvernance locale Djicoronie ACI
22 RHPJ Association pour soutenir l’éducation la formation la santé le sport l’environnement l’assainissement et

la sécurité

Santé, Sport, Environnement, et l’éducation Kalaban-coura extension sud
23 Association djigiya de sabalibougou L’éducation et renforcement des capacités Sabalibougou plateau
24 ANMS Association Mogomagnie pour le renforcement du tissu sociale pour l’éducation civique, la citoyenneté et la formation aux

valeurs sociale et culturelle

Gouvernance locale Kalaban-coura
25 RCMP Association des

jeunes

Gouvernance locale Badalabougou
26 Association danaya Gouvernance locale Sabalibougou

des femmes
27 Association de l’alliance en faveur des objectifs du millénaire pour le développement Education pour tous et l’environnement Kalaban-coura
28 AME Association pour l’amélioration des conditions de vie de la femme Assainissement, Education et la santé torokorobougou
29 AFBAC Association des femmes battantes mousoteciritton Gouvernance locale Bacodjicoronie
30 KSC Association kalaban

sport club

Sport Kalaban-coura
31 ANAPR Association des malades poly arthritiques Santé Kalaban-coura
32 JSA Association des

jeunes : Solidarité action

Sport Sabalibougou
33 APRAFE Association pour l’auto promotion de

la femme

Gouvernance locale Sabalibougou
34 AJIR Association des jeunes pour l’intégration et la réinsertion Gouvernance locale Kalaban-coura
35 AJRPE Association des jeunes de kalaban- coura pour la protection de

l’environnement

Environnement Kalaban-coura
36 AJACOD CV Association des jeunes pour l’assainissement et le développement Assainissement, santé, développement Bacodjicoronie
37 ARCP Association de lutte contre la pauvreté : établir entre les jeunes du Mali des relations d’amitié de

solidarité et de fraternité

Gouvernance locale Badalabougou
38 APALLCIN Association pour l’assainissement et

la lutte contre les insectes nuisibles

Hygiène assainissement Kalaban-coura
39 MPIC Association pour la

promotion des

Gouvernance locale

(Citoyenneté)

Kalaban-coura

initiatives citoyennes
40 ACPPD Association des commerçants détaillants des pièces détachées et divers Djamadjigui Formation, renforcement des capacités Sabalibougou
41 AJDM Association des jeunes pour le développement du Mali Développement Daoudabougou
42 AF Association folokow Développement Kalaban-coura
43 APEDS Association pour la protection de l’environnement et le développement

sociale

Environnement et développement Badalabougou SEMA I
44 AN Association Niamoye (confiance) Education alimentation hygiène et assainissement Kalaban-coura ACI
45 ETM ENDA TIERS – MONDE Gouvernance locale (Droit de la femme et l’enfant) Commune V
46 GSD GIE SABADA Diéya Hygiène assainissement Sabalibougou
47 GIE Hairaicoura Entretien gestion de par king, assainissement, travaux de reboisement,

commerce général

Torokorobougou
48 GKT GIE KaniaTIEGUE Assainissement désinsectisation, dératisation, aménagement

d’espace de loisirs, espace vert

Baco-djicoroni ACI Extension
49 GSS GIE SIGUIYORO SANOUYA Assainissement, espace vert commerce et gestion divers Daoudabougou
50  

GSE

GIE NET SERVICE ENTRTIEN Assainissement, entretien au niveau des installations électriques Baco-djicoroni ACI Sud
51 GS GIE ESPACE ECOLOGIQUE Assainissement, décoration de bureau, pose de

moquette de tapi de rideaux, prestation

Badalabougou

de service, fourniture de tout

matériels de bureau

52 GO GIE OMEGA Baco-djicoroni ACI
53 GCS GIE CONNEX –

Service BP

Sécurité, protection, aménagement, nettoyage, recrutement,

placement, formation

Torokorobougou
54 GS GIE SEDICO Exploitation des parcelles rizicoles, assainissement, ramassage des ordures ménagères, nettoyage de marches publiques, nettoyages et entretien dans les services,

désinsectisation

Daoudabougou Est
55 GGM GIE GASED – Mali Groupement et des sensibilisations pour l’environnement Sabalibougou
56 ASYT Association SIGUIDA Yiriwaton Environnement,

développement social économique,

Sabalibougou
58 Coopérative d’habitat DOU NI DJIGUI Equipement/ construction des

maisons

Quartier Mali
57 GIE DEN TAL Entretien, nettoyage, déménagement, espace vert, parc, jardin, curage

caniveaux

Kalaban-coura ACI
58 GIE JEE KABARA Assainissement, curage de caniveaux, aménagement rural, fourniture de

matériel de bureau et divers

Baco-djicoronie ACI
59 GIE FADLE Education traduction entreprenariat, formation en langues locales Français, Anglais,

Allemand

Baco-djicoroni

60 GIE ESPOIR Education de base Daoudabougou
61 IPECD Club Démocrate dénommé initiative pour l’éducation citoyenne à la démocratie Gouvernance local Badalabougou SEMA GESCO
62 GIE BESSEYA WALE Hygiène assainissement aménagement espace de loisir, valorisation de déchet et réalisation d’équipement

sanitaire

Torokorobougou
63 GIE IDEAL BELEDOUGOU Assainissement, aménagement et entretien des espaces verts, commerce général, génie civil, éducation et formation professionnelle, hydraulique et électricité transport agriculture, gardiennage, importation et l’exportation de

matériels relatifs à cet objet

Badalabougou
64 GIE BAKO SERVICE Assainissement création d’espace vert entretien des dits espaces Kalaban-coura
65 GIE BRE-MA-NET Assainissement création achat

apport prise en location

Sabalibougou
66 GIE SANIYALY TILMENT Assainissement nettoyage, curage des caniveaux,

prestation des services

Baco-djicoroni
67 GIE CITY SERVICE Nettoyage entretien désinfection des locaux, ramassage des ordures,

travaux rénovation des locaux

Kalaban-coura

commerce général, prestation de

service

68 GIE BATTASAR Assainissement, hygiène, aménagement espace commerce

général

Sabalibougou
69 GIE BALLAIE NET SERVICE Assainissement nettoyage entretien des lieus public et privé, commerce

général

Quartier Mali
70 GIE Société BK SARL Maintenance Informatique assainissement cabinet d’étude et de transite

électricité gardiennage etc.

Kalaban-coura
71 GIE ANEC Hygiène assainissement Kalanban-coura
72 GIE HAKIKA Assainissement embellissement commerce général Sabalibougou
73 GIE SOCIETE Environnement et hygiène Badalabougou
74 ASDE GIE action solidarité pour la défense de l’environnement Environnement, maintenance des sanitaires valorisations des échais

aménagement et décoration

Kalaban-coura
75 GIE RAMATOULAYE Nettoyage, assainissement général des voies routières embellissement,

dallage etc.

Quartier Mali
76 GIE DIEYA Assainissement assistance aux mairies, désinfection

entretien et nettoyage

Kalaban-coura
77 GIE SIGUIDA KANOU Réalisation de caniveaux, curage

pavage de rue, BTP et travaux

Badalabougou

particuliers

ramassage d’ordure commerce général

78 GIE SANAYATON Assainissement, nettoyage curage, nettoyage espace

vert

Torokorobougou

 

 

  • Les associations

 

Le diagnostic a permis d’identifier quarante organisations professionnelles intervenant dans le domaine De l’artisanat repartis sur le territoire de la commune. Leur intervention dans la commune a permis

De créer des emplois et d’améliorer les conditions de vie des membres.

Tableau de répartition des artisans sur le territoire de la commune

Sigle Noms Domaines

d’intervention

Activités réalisées Zones

d’intervention/ lieu

1 « MYT » Mussoyiriwaton : Association pour la mise en valeur des actions économiques des femmes Artisanat La mise en valeur des actions économiques des

femmes (teinture, savonnerie)

Sabalibougou
2  

1

« MACODEL » Association « Actions économiques de développement local » Artisanat Promouvoir la recherche de données sur le métier de l’artisanat et les divers types de prestations : sensibilisation et éduation, apprentissage

des métiers aux jeunes

Kalaban-coura
3  

3

APTAB Association pour le progrès des jeunes tailleurs Artisanat Initiation des jeunes au métier Badalabougou
4  

4

ATPOCV Association des tailleurs professionnels et ouvriers de la commune V Artisanat Initiation des jeunes des deux

sexes à la couture

Kalaban-coura ACI
5  

5

ACB Association des coiffeurs de

Bamako

Artisanat Exercice du

métier

Kalaban-coura
6  

6

AJTM Association des jeunes tailleurs du Mali dont l’âge ne dépassant pas 45 ans Artisanat Apprentissage de la couture à d’autres jeunes moins âgés Badalabougou
7  

7

AMIFEKA Association « mimi » pour le développement des femmes Artisanat Kalaban-coura

8  

8

MTBAT Association des travailleurs de bâtiment Artisanat Former les maçons Quartier Mali
9  

 

9

AFATSA Association des femmes artisanes, teinturières et savonnières Artisanat Exercice de métiers Sabalibougou plateau
10 ADG Association djiguiyagnouman Artisanat Teinture Kalaban-coura
11 Association Anninmattaf Artisanat et culture Sensibilisation et information Sabalibougou
ANGM Association Niamoye Galla du Mali Artisanat Journée de salubrité et teinture BadalabougouS éma I
12 AFC Association des femmes coutrières Artisanat Apprentissage de

la couture aux jeunes filles

Daoudabougou
13 AFCBD Association des femmes coutrières Ba Djénéba « Youma

confection »

Artisanat Exercice de la couture Daoudabougou
14 COOTRAN CV Coopérative des transformatrices de la CV Artisanat Transformation des produits locaux Dans les locaux de la chambre des métiers
 

6

 

 

1

ATH Association des tisserands

« HiméEyonmendé

Artisanat Sensibilisation des jeunes sur l’apprentissage du tissage Quartier Mali
 

7

1

AMDP Association malienne pour le développement de la plomberie Artisanat Sensibilisation sur les avantages de l’exercice du

métier de la plomberie

Kalaban-coura
-8

1

Association Taflyliste promouvoir les activités des artisanats forgeron Artisanat Sensibilisation des jeunes sur les avantages du métier Sabalibougou
 

9

1

Association des transformatrices agro- alimentaires « Senefennafaman CV Artisanat Formation sur les techniques de transformation

locale des produits agricoles

Baco-djicoroni ACI
 

0

2

A3T Association des traditerrapeutes« terriyaton » Médecine traditionnelle Exercice et vulgarisation des

médicaments traditionnels

Torokorobougou
21 Association des femmes

« Anonya Bara »

Gouvernance locale (genre) Apprentissage de la teinture,

fabrique de savon aux filles

Kalaban-coura plateau
22 ATAC Association des

transformatrices agro-

Agro-

alimentaires

Sensibilisation

sur les avantages

Les 8 quartiers

de la commune

alimentaires de la CV de la transformation au

plan local des produits agricoles

V
23 Coopérative des femmes teinturières « Lolo Niyudouman Artisanat Exercice du métier et séances d’apprentissage

aux jeunes filles

Kalaban-coura
24 Coopérative des femmes agro- transformatrices Agro-alimentaire Séchage et transformation des produits

locaux

Daoudabougou
25 Coopérative des femmes teinturières Artisanat Journée de salubrité, apprentissage du métier aux jeunes

filles

Bacodjicoroni
26 Union GADE Artisanat Assurer la mobilisation de ces membres Entre Djicoroni et Sabalibougou
27 Association faso n’tloma

« Contribue à la formation et à l’insertion socioprofessionnelle des filles

Education, Equité genre (Gouvernance locale) Sensibilisation des jeunes filles sur l’importance de l’éducation Badalabougou
28 CMD Centre Maïmouna DIARRA Artisanat Apprentissage de la couture, fabrique de bogolan et du

savon local

BacoDjicoroni plateau
29 ASMB Association des soudeurs, menuisier et bricoleurs Artisanat Exercice des métiers, apprentissage et formation Quartier Mali
30 AMEREMO CV Association des artisans mécaniciens et réparateurs de mobylettes Artisanat Apprentissage de la mécanique aux jeunes Torokorobougou
31 UCAM Union Communautaire des Artisans du Mali Artisanat Facilite les liens de collaboration entre les artisans de l’union, renforcement des capacités des

membres

BacoDjicoroni
32 AB OV Association des bijoutiers Artisanat Apprentissage du métier aux jeunes Badalabougou
33 ADPPG Association des photographes professionnels « Gundo » Artisanat Formation des jeunes dans

l’exercice du métier

Quartier Mali
34 ADGYM Association pour le Sport Sensibilisation Daoudabougou

développement de la Gymnastique sur le bien fait de l’exercice

physique

35 AJAD/M Association des jeunes artisans diplômés du Mali Artisanat Sensibilisation des jeunes en situation difficile Kalaban-coura
36 Association fasokanu Education et alphabétisation Organisation des formations Alpha Sabalibougou
37 APFB/MGAD Association pour la promotion

des femmes

Gouvernance

locale

Journée de

salubrité

Badalabougou
38 Association mussowdjigui pour la pratique de la formule associative basée sur la conférence et l’entraide mutuelle entre les femmes

socialement et économiquement

Gouvernance locale Formation sur la vie associative BacoDjicoroni ACI
39 ABHPB Association Benkadi des handicapés physiques de Badalabougou Gouvernance locale Instauration de la paix, l’entent, union et la solidarité entre les membres, défendre leurs

intérêts

Badalabougou
40 CM Chambre des métiers Artisanat La formation de plus de 10 000 artisans dans les différents domaines : marketing, gestion simplifiée, informatique, perfection dans les différents domaines, Organisation de 2 foires à Bamako, Promotion de l’artisanat au mali, en Russie, Algérie, Niamey, FEEBACK,

Formation en secourisme en cas d’accident, Organisation de la semaine Sénégalo- malienne de l’habillement et

de mode,

Tenue du répertoire des métier Création de la

mutuelle ( yiriwa) d’épargne et de crédit

 

 

 

  • Les entreprise Bâtiments et travaux publics

 

La commune compte vingt (20) entreprises intervenant dans le domaine des bâtiments et travaux publics (BTP). Les entreprises identif dessous donne plus de détail sur le siège des entreprises.

Tableau: Entreprises BTP installés dans la commune

N Sigle Nom Location Domaines d’intervention
1 EGK Entreprise Générale Mamadou Konaté Garantiguibougou 300 logement Aménagement/Construction
2 MER/KES Malienne d’entre- tien et de Réalisation/ Kani Entreprise SARL Badalabougou Aménagement/Construction
3 SOTAC-SARL Société Tambakoly et Compagnie Badalabougou SEMAII Aménagement/Construction
4 EBT Entreprise Baba Tangara Baco-Djicoroni ACI Aménagement/Construction
5 E.M.D.D Entreprise Mohamed DallaskydaDabo Badalabougou Aménagement/Construction
6 E .MA.TRA Entreprise Mamadou Traoré Torokokorobougou Aménagement/Construction
7 ECOM Entreprise de contruction Mixte Baco-Djicoroni Aménagement/Construction
8 S.C.K.T-SARL Société Koutialaise de Commerce et des Travaux Baco-Djicoroni ACI Aménagement/Construction
9 BILCO-SARL Bil Construction Guanrantiguibougou 300 Logements Aménagement/Construction
10 ETIC-SARL ETIC-SARL Badalabougou Aménagement/Construction

11 EBSC CONSTRUCTION Entreprise Boubacar Sidiki Coulibaly Construction Daoudabougou Aménagement/Construction
12 ENTREPRISE NIONO Entreprise Niono Garantiguibougou 300 logements Aménagement/Construction
13 EMK Entreprise Mady Keita Garantiguibougou 300 logements Aménagement/Construction
14 G.D-SARL GD-SARL Kalaban-coura Aménagement/Construction
15 MEGATEL-SA MAGATEL-SA Badalabougou Aménagement/Construction
16 BOITE ENTREPRISE BOITE ENTREPRISE Daoudabougou Aménagement/Construction
17 ENTREPRISE WASSA-BTP Entreprise Wassa- BTP BacoDjicoroni Aménagement/Construction
18 BTPAR BTPAR Bacodjicoroni Aménagement/Construction
19 SETI-SA SETI-SA Torokorobougou Aménagement/Construction
20 E.GO.TRA E.G.O.TRA Torokorobougou Aménagement/Construction

Source : organisation patronale des entreprises de construction décembre 2015)

 

 

  • Le paysage politique :

Le paysage politique est animé par trente-quatre (34) associations ou organisations politiques installées dans la commune. Sur ces 34 représentations politiques, cinq (5) sont représentés au sein du Conseil Communal.

Le conseil communal est composé de quarante cinq (45) Conseillers dont la répartition est la suivante :

  • l’Union pour la République et la Démocratie : 14 conseillers ;
  • l’ADEMA –PASJ : 12 conseillers ;
  • le Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR) : 7 conseillers ;
  • le Congrès National d’Initiatives Démocratique (CNID) : 7 conseillers ;
  • le Rassemblement pour le Mali(RPM) : 5

La commune est représentée par trois (3) Députés au sein de l’assemblée nationale dont deux (1) issus du RPM et un (1) de l’ADP-Mali.

  • Les Ressources humaines de la Mairie :

 

Les ressources humaines au nombre cent soixante et un (161) agents sont composées des fonctionnaires de la Mairie, des conventionnaires et des fonctionnaires de l’Etat mis à disposition de la commune.

  • Fonctionnaires de la Mairie :

Les fonctionnaires de la Mairie au nombre de cinquante (51) sont constitués d’administrateurs territoriaux, d’inspecteurs des finances locales, d’ingénieur territorial, d’adjoint s d’administration territoriale, d’adjoints de finances locales, de technicien territorial, de contrôleurs des finances locales, d’agents techniques de l’élevage et de secrétaires d’administration. Le tableau ci-dessous donne le détail sur le nombre d’agents par catégorie.

Fonctionnaires de la Mairie

Corps Nombre Catégorie
Administrateur territorial 3 A
Inspecteur finances locales 3 A
Ingénieur territorial 1 A
Adjoint d’administration territoriale 7 B
Technicien territorial 2 B
Attaché d’administration et attaché d’administration territorial 11 B
Contrôleur des finances locales 5 B
Adjoint finances locales 16 B
Comptable gestionnaire des finances 1 B
Secrétaire d’administration 1 B
Agent technique d’élevage 1 B
Total 51

 

 

  • Les agents conventionnaires de la Mairie

Au nombre de 94 agents, les agents conventionnaires de la mairie sont de profils divers et mènent des activités au sein des différents services de la Mairie. Leur nombre et profil de formation sont mentionnés dans le tableau ci- dessous.

Agents conventionnaires de la Mairie

Catégorie Nombre Profession
A 9 Aménagiste (1), juriste (2), assistant juriste (2), développement social(2), comptable (1), agent de

recouvrement (1)

B 30 Comptable, billeteur, régisseur, secrétaire bureautique, secrétaire de direction
C 10 Secrétaire dactylo, aide soignant, monitrice, chauffeur
D 18 Commis (1), aide archiviste (1), aide soignant (2),

standardiste (1), développement social (2), régisseur (1),

agent de recouvrement (5), chauffeur (3), planton (1)

E 27 Agent de recouvrement (2), planton (2), manœuvre (3) et

chauffeurs (20)

TOTAL 94

 

 

 

 

  • Les fonctionnaires de l’Etat mis à la disposition de la Mairie

Seize (16) fonctionnaires de l’Etat de catégorie B et C sont mis à la disposition de la Mairie. Ils sont composés de d’adjoint d’administration, d’attachés d’administration, d’aide comptable, d’aide documentaliste, d’aide bibliothécaire, d’aide archiviste et de planton. Le tableau ci-dessous donne le détail des informations sur les fonctionnaires de l’Etat mis à la disposition de la Mairie.

Fonctionnaires de l’Etat mis à la disposition de la Mairie.

Profession Nombre Catégorie
1 Adjoint d’administration 5 B
2 Attaché d’administration 1 C
3 Aide comptable 4 C
4 Aide documentaliste 3 C
5 Aide bibliothécaire 1 C
6 Aide archiviste 1 C
7 planton 1 C
Total 16

 

Introduction/Contexte

La Loi n° 93-008 modifié, déterminant les conditions de la libre administration des collectivités territoriales confère aux Collectivités la mission de conception, de programmation et de mise en œuvre des actions de développement économique, social et culturel. C’est ainsi pour une périodicité de cinq (05) ans ; les Collectivités Territoriales (CT) doivent élaborer et mettre en œuvre un Programme de Développement, Economique, Social et Culturel (PDESC). L’élaboration et la mise en œuvre du PDESC demandent l’implication de tous les acteurs : élus, services techniques déconcentrés de l’Etat (SDE), organisation communautaires de Base / organisations socioprofessionnelles (OCB/OSP) société civile, les leaders communautaires, partenaires, etc.

Les collectivités Territoriales sont accompagnées dans cet exercice par le Gouvernement du Mali et ses partenaires. C’est ainsi que la commune V du District de Bamako a bénéficié de l’accompagnement du Projet de Reconstruction et de Relance Economique du Mali (PRRE) pour l’élaboration de son PDESC 2016-2020.

Le Projet PRRE vise principalement à réhabiliter les infrastructures de base et de rétablir les activités productives des communautés touchées par la crise au Nord.

Il est structuré en 5 composantes :

Composante 1 : Réhabilitation des infrastructures publiques locales

Cette composante vise à réhabiliter les infrastructures publiques locales afin de permettre la reprise des services et de l’activité économique dans les régions du Mali touchées par la crise. La composante financera la réhabilitation et les équipements nécessaires pour le fonctionnement des écoles, des centres de santé, des systèmes d’eau et d’assainissement, des installations de transport et de commerce, de l’énergie et d’autres infrastructures publiques locales.

Composante 2 : Appui aux Investissements Productifs

Cette Composante vise la restauration des activités économiques des ménages et organisations communautaires de base affectées par le conflit dans la Zone Cible et comprend deux sous composantes:

Sous-composante 2.1 – Restauration Immédiate des actifs de production des ménages

Cette sous-composante vise à réhabiliter les actifs productifs des ménages vulnérables ciblés dans les zones les plus touchées par la crise en (a) améliorant l’accès aux semences améliorées et à l’aliment bétail, et (b) recapitalisation du cheptel. Les activités de cette sous-composante viendront compléter les activités actuellement financées dans le Nord dans le cadre du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO). Prenant en compte les interventions en cours du gouvernement et des bailleurs de fonds pour atténuer la crise, cette sous-composante prendra en charge l’achat de semences et d’aliment bétail pour distribution aux paysans/éleveurs pour améliorer la capacité de production alimentaire nationale. La recapitalisation du cheptel sera entreprise à travers la fourniture de kits d’élevage.

Sous-composante 2.2 – Activités productives collectives

Cette sous-composante vise le renforcement des investissements d’organisations communautaires de base cibles à travers, entre autres, (a) la construction ou la réhabilitation d’infrastructures desdites organisations pour les activités de production agricole, telles que les petits périmètres irrigués, les

installations de stockage, les petites unités de transformation; (b) la relance des activités d’élevage et de pêche desdites organisations, y compris la reconstitution du cheptel; (c) la fourniture d’appui identifié aux activités artisanales génératrices de revenus desdites organisations, y compris les petits commerces et les installations pour la fabrication de produits artisanaux.

Composante 3 : Engagement Communautaire et Gouvernance Locale

Cette composante vise à renforcer les capacités institutionnelles des collectivités locales partenaires et l’engagement communautaire dans la planification, la priorisation et la supervision des activités de développement local.

Composante 4 : Gestion, suivi et évaluation du projet

Cette composante appuiera la gestion du projet, y compris la coordination des activités, la communication, la passation des marchés, les fonctions de gestion financière et de sauvegarde, ainsi que le suivi et évaluation. La composante financera l’UCP pour assumer les responsabilités de gestion quotidienne du projet.

Composante 5 : Intervention d’Urgence Eventuelle

Cette composante, connue sous le nom de Dispositif d’Intervention et de Réponse aux Urgences (CERC), sera disponible en cas de déclaration d’état d’urgence spécifique par le gouvernement, pour réorienter les ressources du projet non encore dépensées, cela à travers une restructuration appropriée du projet. Ces ressources seraient mises à disposition pour financer les activités identifiés pour faire face à la situation de crise / urgence désormais mise en priorité.

La maitrise d’ouvrage déléguée du PRRE en commune V du district de Bamako est assurée par CARE International au Mali et l’accompagnement a été assuré par le groupement d’ONG AGIDE/ACA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post ORGANIGRAMME DE LA MAIRIE COMMUNE V
Next post Calendrier  des restitutions à la Presse et dans les quartiers